depart_xs

Triathlon XS des Suisses : un défi barré et une découverte entre amis !

Si quelqu’un m’avait dit il y a quelques mois que j’allais courir mon premier triathlon cette année et surtout au printemps, je pense que je lui aurais ri au nez (gentiment)…

Le triathlon, j’y pensais juste comme ça, comme une nouvelle ligne dans ma liste de défis à faire un de ces ces quatre.

Sauf que ça a pris moins de temps que je pensais, une discussion lors d’une promenade tranquille entre potes qui a débouchée sur les prochains événements sportifs du coin… et notamment sur le Versailles triathlon festival et qui a terminée en « et si on testait ?»

Voici quelques étapes de cette fabuleuse découverte !

La réflexion

Après en avoir parlé, il y a eu la phase de réflexion… qui se méritait quand même un peu, mais pas trop !

Date : dispo

Condition physique : relativement au top

Entraînement pour chaque épreuve : plutôt potable même si de mon côté, je manque un peu de vélo hors salle

Autres : nouveau défi pour sortir de la zone de confort sportif !

>>> Idée validée !

Le choix du format s’est vite imposé en XS (300m nage / 8km VTT / 2,5km course à pied), sinon c’était le S (750m nage / 20km vélo / 5km course à pied)… courageux mais pas téméraires, faut voir comment ça se gère une première fois donc autant y aller progressivement.

Jour J

Juste avant la course et au retour de ma pause au soleil, je savais que les derniers réglages allaient nécessiter un mini duathlon :

1er round : récupérer mon VTT porté en « révision » dans un magasin grande enseigne, ce que je ne ferai plus (ou du moins pas dans ce magasin). Pour la petite histoire, juste pour pimenter mon avant-course, j’ai constaté que mon 3ème plateau ne passait toujours pas (j’ai rappelé le respo atelier du magasin mais je vous passe le sketch qui m’a fortement énervée). BREF…

go à l’opposé pour le 2nd round : essayer et récupérer la combinaison que j’avais réservée une semaine avant :. Grâce au professionnalisme et au super accueil à la Boutique du Triathlon à Clamart, ce fut une étape plutôt facile, avec à la clé de très bons conseils pour enfiler la combinaison.

Retour chez moi à 12h30… le départ n’était certes qu’à 16h30 mais j’avais prévu d’être sur place bien bien en avance. Histoire de ne pas me mettre un coup de stress en plus – admettez, ça pourrait être drôle mais sur le moment, j’aurais plutôt ri jaune.

Reste le packaging des affaires : combi, lunettes de nage, short de vélo, débardeur (je n’ai pas de trifonction), casque de vélo, chaussures de course et le VTT, accessoirement. Le tout balancé dans la voiture et c’est parti !

14h30 place de parking trouvée assez facilement, et je pars en vélo au niveau du départ (petit échauffement surtout qu’il fait bien frais)

Il y a un peu de monde tout de même, les épreuves (course + vélo) parents-enfants sont lancées avant l’épreuve XS et le swimrun.

15h dossard récupéré et les amis récupérés dans la foule, c’est bon !

Reste à coller les étiquettes sur le casque, le vélo (que j’ai mise à l’envers sur celui-ci, sans commentaires…)

15h15 ouverture du parc à vélo, on s’y rend tranquillement, ça monte un peu et je me dis qu’il va falloir garder du souffle pour les transitions. Nos places trouvées (on est pas loin l’un de l’autre), Amélie me conseille de bien organiser les affaires autour du vélo

15h45 un petit stress commence à monter, on regarde les épreuves parents-enfants. Mais vu ma tenue (jean, ballerine), pas possible de me faire un petit échauffement

16h10… il faudrait peut-être penser à enfiler les combi ! Pas de vestiaires, on fait ça en bord de bois. Je suis plutôt rapide grâce aux conseils que j’ai eu, merci Pascal !

16h20 je tente un mini échauffement en combi-ballerines (faut bien essayer de lancer une mode) mais pas forcément ultra efficace

16h30 la course des petits n’est pas finie, je répète mentalement ce que je dois faire en sortie de l’eau pour la transition T1 qui « m’angoisse » particulièrement (avec des guillemets car il y a pire en terme d’angoisse…).

16h40 début du briefing, on est tous amassés devant l’arche de sortie du bassin.

Plutôt rassurée de constater qu’à la question « pour qui est-ce le premier triathlon ? » masse de mains se lèvent !

16h45 la pluie qui a commencé à tomber quelques minutes plus tôt s’intensifie bien bien… quitte à être mouillés, on encourage les organisateurs à donner le départ

16h50 direction le bassin, on est dans les derniers à rentrer si bien que 1 minute après être rentrée dans l’eau, il me semble entendre un coup de feu… ah oui les moulinets autour de moi commencent, c’est bien le départ !

depart_xs

1ère partie : la nage

parcours_nage
Parcours nage (source : Versailles triathlon festival)

Hors de l’eau, à regarder le parcours à faire, ça ne paraît pas bien long… seulement une fois dans l’eau, c’est une autre histoire ! J’ai beau nagé depuis quelques mois en piscine, ça n’a rien à voir en eau libre (et encore c’est un bassin, pas de remous ni de vagues). J’alterne crawl et brasse… certes j’ai tenté le dos crawlé mais zéro pour se repérer. J’arrive à repérer Bastien jusqu’à la deuxième bouée (c’est un miracle vu la foire d’empoigne !) mais le perd ensuite. Cette partie nage, c’est un peu jouer des coudes mais je trouve que je m’en sors pas trop mal, je n’ai pas pris trop de coups et n’en ai pas trop donné…

la fin de la partie approche, ça va bien même si j’ai l’impression de trainer… c’est enfin le moment de sortir de l’eau !

Transition 1 ou le moment tant redouté

Une fois sur l’herbe, j’enchaine directement avec ce que je me suis répété mentalement. Je dois pouvoir enlever ma montre, enlever le haut de la combi et remettre ma montre avant d’arriver à mon vélo.

Tout se passe bien et arrivée au parc à vélo, je suis prête à enlever le bas de combi, enfiler mon short, mon débardeur et mettre le dossard, le casque et les chaussures. Mine de rien, ça fait pas mal de choses et je remercie Amélie d’avoir insisté pour que je réfléchisse à l’organisation au niveau du vélo.

La serviette est trempée par la pluie mais de toute façon, pas le temps de s’essuyer ! Mon voisin de gauche est déjà parti et celui de droite me souhaite bon courage et pars alors que je mets seulement mes baskets.

Pas le temps de réfléchir plus, je décroche mon vélo et monte à pied pour sortir du parc et commencer la partie VTT.

2ème partie : le VTT

Je ne pensais pas, mais j’ai déjà les cuisses un peu cramées par la nage. Le début du parcours VTT est dans les bois, il y a une petite descente et des frileux qui n’osent pas se lancer et impossible de doubler ! Je prend mon mal en patience sachant qu’après, il sera aisé de doubler (dixit les organisateurs).

On débouche sur la pièce d’eau des Suisses sur le chemin qui en fait le tour, plutôt pas mal pour rouler.

parcours_vtt
Parcours vélo (source : Versailles triathlon festival)

Petite descente qui fait du bien pour les cuisses, j’essaie de repérer Bastien, il y a toute une team de trifonctions Decathlon, à chaque fois, je crois le repérer de loin mais ce n’est pas lui. Je finis par le croiser au moment du parcours qui s’étend en aller-retour. Un petit « allez Bastien » ça me donne aussi du courage à moi-même ! Je regarde la montre : 2,5km, il en reste encore un peu !!

La partie basse du bassin est la plus longue, pas trop de dénivelé mais je regrette tout de même que mon 3ème plateau ne puisse pas passer !

J’arrive à l’endroit de la foule, les encouragements donnent un coup de pep’s pour entamer le 2ème tour. Au niveau de l’aller-retour de la boucle, cette fois, c’est Bastien qui me repère le premier et qui m’encourage. Les premiers concurrents sont déjà en train de courir et certains proches de finir le triathlon.

Un peu avant la fin du vélo, je me dis qu’il faut que je tienne l’allure d’un gars avec qui on a pas arrêté de se doubler sur la dernière partie de la boucle mais il met une telle accélération avant d’atteindre la foule que je n’ai pas envie de cramer toute mon énergie – oui il faut pousser son vélo dans la montée pour rejoindre le parc ! Que je reste constante jusqu’à la descente du vélo.

Transition 2 : les doigts dans le nez

Forcément la deuxième transition est moins compliquée que la première. J’essaie de courir au maximum pour rejoindre ma place. Je pose mon vélo, balance mon casque et c’est parti pour la session course !

3ème partie : course à pied

Parcours_course
Parcours course (source : Versailles triathlon festival)

Cette fois, mes fessiers ET mes cuisses sont en feu et horreur, un de mes lacets est défait. Je n’aime pas m’arrêter alors que je viens juste de commencer mais c’est toujours mieux que de finir les quatre fers en l’air car je me serai pris les pieds dedans. Je repars aussitôt et prend une allure plutôt soutenue. Sur 2,5km, il y a moyen de faire quelque chose de rapide et vu mon état de forme sur mes premières séances de course, je suis plutôt optimiste ! A la sortie du bois, il y a quelques supporters, comme lors de mon tour à vélo, je les remercie quand ils me lancent quelques encouragements.

Les jambes déroulent plutôt bien. Alors qu’il reste 1km, un des concurrents me double et m’encourage – j’ai presque l’impression de me traîner, pourtant, je ne suis pas trop mal niveau allure, entre 5:20 et 5:30min/km, ce qui est plutôt bien : mon dernier repère de course date de juin 2017 et est au max de 5:40min/km sur un 6km…

Je pensais être plus facile en course mais je sens que la nage et le vélo ont pris quand même pas mal d’énergie. Je tente de garder l’allure jusqu’au bout, j’aperçois l’arrivée et relance une dernière fois pour passer la ligne… le bénévole à l’arrivée a la gentillesse de m’enlever la puce à ma cheville gauche #assistée mais je crois que sur le moment, me baisser pour récupérer le bracelet paraissait l’effort de trop (par contre pas pour aller chercher du chocolat au ravito !).

Je retrouve Bastien arrivé avant moi, tout sourire, on fait la photo qui va bien (avec une tête fatiguée quand même).

On est trempés, mais contents !

Un coup de ravito et je suis partie pour le sprint final, aller rincer la combi et la rendre avant la fermeture du magasin !

Bilan

Pour les temps exacts, on repassera car j’ai zappé (sauf en sortie de bassin) de lancer les tours au bon moment sur ma montre.

Ça donne (grosso modo hein) : 7’50 nage / 3’41 T1 (trop fière ! ) / 22’51 vélo / 0’36 T2 / 13’20 course

ça a été une belle découverte, c’est une sacrée discipline ! Le format convient très bien pour un premier test, parfait pour se challenger et réaliser une petite perf’ quand vous êtes un peu sportif.

Ne sachant pas trop à quoi m’attendre, je suis très contente du temps réalisé. D’après ce que je fais habituellement en course et en nage (+ extrapolation pour le vélo), je pensais mettre aux alentours des 50-55 minutes total. Je pensais également qu’enchaîner nage et vélo serait un peu plus facile (pas hyper facile non plus) mais nager en eau libre n’est pas nager en piscine donc j’ai forcément laissé plus d’énergie que je pensais même sur « juste » 300m !

Le temps pourri n’a absolument pas été un problème, en mouvement on se réchauffe vite – ça rajoute un peu de piment à l’épreuve (puis quitte à être mouillés après la nage…).

Et comme le post est déjà bien long, je réserve les quelques trucs et astuces pour un prochain article !

Encore merci à tous les bénévoles du Versailles triathlon festival (sous la pluie le long du parcours !), aux organisateurs, à la boutique du triathlon pour les conseils précieux et surtout à mes meilleurs amis pour s’être auto-entraînés dans ce défi barré !

triathlon_xs_versailles

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s